Pertinence d’une analyse clinique de l’activité des travailleurs

Introduction

La clinique de l’activité est un outil très efficace dans le développement des performances au travail. Issue des méthodes de la psychologie du travail, elle favorise la coopération et la réappropriation des métiers par les salariés.
Souvent, entre ce que nous prévoyons de faire et ce que nous rencontrons sur le terrain en faisant le métier, se présente un “écart”. Face à cet “écart” nous essayons de faire face en mobilisant nos ressources disponibles et essayons de faire “un travail de qualité”.
La clinique de l’activité consiste à analyser les conditions favorisant le développement de l’activité, du métier et de la santé au travail.
Ici, le terme clinique, désigne une analyse au plus près des métiers, c’est à dire des métiers en action, faisant face au réel de l’activité et ses inattendus.
Il s’agira également d’accompagner les salariés dans des actions de co-développement favorisant le renouvellement des pratiques.
La démarche de la clinique de l’activité à déjà était mobilisée dans de multiples secteurs d’activités, aussi bien dans le privé que le publique.
C’est une méthode qui est déployable quelque soit la taille d’entreprise.
La clinique de l’activité permet notamment au travers des échanges entre pairs,  de redécouvrir son métier à travers la pratique de l’autre.
Elle  donne également la possibilité à chacun de partager des ficelles de métier, de découvrir de nouvelles manières de faire ou  de penser le métier.

Une entrée collective et individuelle.

La clinique de l’activité consiste à prendre soin du métier, des travailleurs et de l’organisation.

Cette entrée collective a pour bénéfice d’apporter une aide au niveau individuel.

L’objectif visé, est une réélaboration collective des règles de métier pour répondre aux dispositions de chacun et au demande de la Direction.

Dans le cadre de l’action sur les métiers et à partir des observations des salariés sur le contenu de leur travail,
il s’agira:
  • d’accompagner la réorganisation des représentations de chacun.
  • de participer au développement des pouvoirs d’agir, source de santé au travail et du travail.

Maintenir un espace de discussion sur le travail

Un espace de discussion sur le travail est un espace centré sur le travail,

sur l’activité concrète des acteurs.

Elle se différencie des réunions de conduites d’activité dans son objet :

il ne s’agit pas seulement de décliner le rôle et les moyens de chacun en vue de conduire l’activité, mais plus d’échanger et de réaliser l’analyse des pratiques de métier entre pairs.

La discussion produit des solutions et des conventions qui fondent l’identité du groupe et guident son travail. Le fruit de la discussion est communiqué (double lien) et permet de trouver des réponses aux problèmes tout en s’inscrivant dans du long terme.
Chaque salarié est amené à verbaliser ses critères de qualité du travail, ses ficelles de métiers, ses compétences mobilisées en situation de travail.
D’abord source, le partage de chacun deviendra la ressource du collectif dans le cadre d’auto-confrontation simple et croisée.

Instaurer des espaces de discussions,
mettre en place des entretiens d’explicitations ?

Pierre Vermersh nous explique ce qui s’ y passe ainsi les trois grands usages :

Favoriser une meilleure prise en compte du point de vue des salariés dans les choix organisationnels

Les espaces de discussion sur le travail introduit par la  clinique de l’activité permettent de plus facilement porter la voix des professionnels sur leur métier et faciliter le travail d’organisation à tous les niveaux, de la stratégie d’entreprise jusqu’au poste de travail.

Les professionnels doivent être à minima des acteurs de leur travail d’organisation où parfois les limites sont sources de climat anxiogène et aggravent la qualité du climat social.

Une action envers les Managers.

La clinique de l’activité facilite la formation et l’accompagnement des Managers pour la prise en compte du facteur humain dans les organisations.

Elle est proactive dans sa capacité à :

  • Leur donner des moyens et des marges de manoeuvre notamment en termes de levier de reconnaissance au travail.

  • Régler leurs conflits de logiques.

  • Repenser des processus de décision décentralisés.

Avant une implication des Managers, celle des Dirigeants

Son objectif est de permettre au travailleur par le biais du collectif de développer sa compétence

« à développer sa qualité de vie et santé au travail ».

Dans le cadre de l’élaboration de guide métier, la clinique de l’activité permet de collecter les éléments structurants :
  • Un outil à forte valeur identitaire, co-construit grâce à l’adhésion des acteurs.
  • Un référentiel commun sur :
    ➢ Les compétences clés, critiques, « invisibles et fondamentales ».
    ➢ Les ficelles de métier.
  • Un recueil des critères de qualité du travail par l’ensemble des acteurs du métier (concepteur/encadrant/opérateur
    Une photographie réactualisée de l’histoire du métier au réel de l’activité.